Dès le début de sa campagne présidentielle, Trump avait été malmené par l’establishment de la Sécurité nationale qui le jugeait incapable de diriger. Ces critiques ont été réunies dans une lettre du 8 août signée par cinquante anciens officiers de la Sécurité nationale, dénonçant une éventuelle présidence de Trump. Sa propre équipe de sécurité nationale a également été sévèrement ridiculisée par les médias de l’establishment.