Une atmosphère irrespirable. Pékin a décrété, vendredi 18 décembre, sa deuxième alerte rouge à la pollution de l'air en l'espace de deux semaines. C'est le niveau maximal. L'alerte a été émise en prévision d'une nouvelle vague de brouillard nocif annoncée dans la capitale chinoise : elle sera en vigueur entre samedi et mardi.

Par conséquent, le bureau municipal en charge de l'environnement a ordonné des fermetures d'usines, ainsi que la mise en place à partir de samedi d'une circulation alternée pour les véhicules privés, entre autres mesures, afin de limiter ce nouvel épisode de brouillard polluant. D'autres villes autour de Pékin relèveront également leur niveau d'alerte au rouge, a annoncé le Bureau national de l'environnement.

Une première alerte lancée entre le 7 et le 10 décembre

Une première alerte rouge avait été décrétée le 7 décembre, couplée à une batterie de mesures préventives. Pékin l'avait levée le 10 décembre, car des vents froids venus du Nord avaient alors dispersé l'air toxique et permis de faire réapparaître un ciel bleu et pur.

Pendant cette période, la densité de particules a souvent dépassé les 300 microgrammes par mètre cube. Alors que l'Organisation mondiale de la santé recommande un plafond moyen de seulement 25 microgrammes par vingt-quatre heures.

             

Source : francetvinfo